mercredi 2 septembre 2015

Des probiotiques pour prévenir l'inflammation et l'obésité

Les probiotiques sont susceptibles d'influencer notre appétit, notre immunité, notre alimentation ou même notre humeur, certains pourraient même permettre de lutter contre l'inflammation ou l'obésité. Une alimentation riche en poissons gras, et donc en « bonnes graisses » serait ainsi plus bénéfique à la flore intestinale qu'une alimentation à base de graisse porcine, selon une étude parue dans la revue Cell Metabolism

 « Nous voulions déterminer si la flore intestinale contribuait directement aux différences métaboliques associées aux alimentations riches en graisses saines et malsaines », explique Robert Caesar, auteur principal de l'étude et chercheur à l'Université de Göteborg en Suède. « Notre objectif est d'identifier les interventions pour optimiser la santé métabolique humaine. » 

 L'équipe de recherche a travaillé en laboratoire sur des souris précédemment nourries de façon saine, auxquelles ils ont transplanté la flore intestinale d'autres souris, ayant suivi une alimentation riche en graisses. Parmi ces dernières, un groupe avait été nourri de graisses de poissons alors que le second groupe avait reçu une alimentation riche en graisse porcine. Ces deux alimentations contenaient le même nombre de protéines et de fibres diététiques. 

 Chez les souris ayant reçu une transplantation issue de souris nourries à la graisse de poisson, la composition de la flore intestinale finale était très différente de celle des autres souris, ayant reçu le transplant de celles nourries à la graisse porcine. Et après 11 semaines d'étude, les deux groupes de souris transplantées n'affichaient ni le même poids ni le même type d'inflammation. 

Dans ce sens, les probiotiques issus d'une alimentation riche en « bonne graisse » préviendraient l'obésité et l'inflammation. Au final, et grâce à des expériences complémentaires, les chercheurs ont conclu que le microbiote (ou flore intestinal) jouait un rôle important pour promouvoir les effets bénéfiques de la graisse de poisson, et contrebalancer les effets négatifs de la graisse porcine. 

 Pour autant, les auteurs précisent que d'autres travaux seront nécessaires pour déterminer si des bactéries de la flore intestinale peuvent être administrées et de quelle façon, dans un objectif d'optimiser leurs bienfaits sur la santé.

mardi 25 août 2015

Blogger : Diététicien Bruxelles - Tous les articles

Les acides gras trans sont-ils plus nocifs pour la santé que les acides gras saturés ? 

Parmi les matières grasses, les fameux "lipides" qui nous effrayent, surtout quand on est au régime, il existe plusieurs catégories. Parmi elles, on retrouve les acides gras saturés : naturels, ces triglycérides sont présents dans le beurre, le lait, le fromage, la charcuterie, le saumon, mais aussi dans l'huile de palme et l'huile de coco. 

Et puis dans une autre catégorie, il y a les acides gras trans, des matières grasses insaturées créées artificiellement par les industriels, notamment pour augmenter la tenue
et la durée de conservation des aliments. La fermeté en est un des critères primordiaux.


Jusqu'ici, les recommandations des diététiciens-nutritionnistes et des professionnels de la santé étaient d'éviter au maximum ces deux types de graisses de notre alimentation quotidienne, afin de se protéger contre divers troubles cardiovasculaires (troubles cardiaques, diabète de type 2 etc.).

Une récente étude de la McMaster University (Canada) pourrait bien faire évoluer les choses...


Les chercheurs qui ont publié leurs travaux dans la revue scientifique British Medical Journal (article de la publication de l'étude) ont comparé et croisé les résultats de 50 études qui analysaient en détail les effets des acides gras saturés et des acides gras trans sur notre santé. 

Verdict : seuls ces derniers SERAIENT associés à une augmentation du risque cardiovasculaire. 

Ces résultats seront de toute manière à surveiller de près car les recommandations diététiques seront à donner avec prudence en fonction de l'évolution des nouvelles études et aussi de manière à ne pas créer la confusion dans l'esprit des consommateurs!

NDLR : attention toutefois car si les graisses saturées ne sont pas associés à la mortalité toutes causes, les maladies cardiovasculaires, maladie coronarienne, accident vasculaire cérébral ischémique, ou diabète de type 2, mais la preuve est hétérogène et liée aux limites méthodologiques. Les acides gras trans sont associés à la mortalité toutes causes, mortalité totale et la mortalité coronarienne, probablement en raison de niveaux plus élevés de consommation de gras trans industriels que les gras trans des ruminants. Les directives diététiques doivent examiner attentivement les effets sur la santé des recommandations pour les macronutriments alternatives pour remplacer les gras trans et de graisses saturées.


Interdits dans les cantines de Californie

"A ce jour, nous n'avons rien trouvé qui puisse corroborer l'idée selon laquelle les acides gras saturés auraient un impact négatif sur notre santé cardiovasculaire, explique le Pr. Russell de Souza, principal auteur de l'étude." 

Par contre, les acides gras trans, eux, sont nettement plus nocifs que ce que l'on croyait : la
consommation régulière de ces derniers fait grimper le risque cardiovasculaire de 28 % et de 21 % le risque cardiaque. Cependant, le lien entre les acides gras trans et le diabète de type 2 n'a pas pu être mis en évidence.


Dans certains pays (comme au Danemark ou au Canada), l'utilisation d'acides gras trans dans l'alimentation est sévèrement contrôlée par les autorités sanitaires. En juillet 2008, l'État de Californie (États-Unis) les a bannis des cantines scolaires et des restaurants.
En attendant que de telles mesures arrivent en France, on peut déjà commencer à surveiller plus attentivement les étiquettes de nos produits de consommation courante...

dimanche 2 novembre 2014

Trop de sel dans les sandwiches

Faciles à manger sur le pouce, les sandwiches peuvent contenir beaucoup de sodium, qui favorise l'hypertension artérielle.

La vie urbaine, le stress, et la recherche de formules économiques nous poussent à consacrer toujours moins de temps à notre alimentation. Premier bénéficiaire: le sandwich, qui connaît un succès croissant. Or une enquête du département américain d'agriculture (USDA), parue il y a quelques mois dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, constate que les adultes amateurs de sandwiches présentent un taux de sodium plus élevé que la moyenne.

En règle générale, les 6000 personnes interrogées avaient consommé trop de sodium (un gramme de sel contient 0,4 gramme de sodium, ndlr). La quantité de sodium ingérée s'élevait à environ 3,9 g de sodium (soit 9,75g de sel) pour les consommateurs de sandwiches, contre 3,2 g (8g de sel) pour ceux qui n'en avaient pas mangé. Selon les auteurs, les sandwiches apporteraient en moyenne un cinquième de la consommation journalière de sodium recommandé par l'USDA qui s'élève à 2,3 g (5,75g de sel), soit une cuillère à café de sel.

Privilégier les produits frais

Le sel est nécessaire au fonctionnement de l'organisme. Cependant, sa consommation en excès peut favoriser le cancer de l'estomac, les poussées de sclérose en plaques et surtout, d'hypertension artérielle, responsable des maladies cardiovasculaires et rénales.

Pour Patricia Guenther, nutritionniste et chercheuse de l'Université de l'Utah, tout est une question d'ingrédients. Les composants habituels d'un sandwich ont tendance à contenir un taux élevé en sodium: «La charcuterie, souvent présente dans les sandwiches, est une des catégories d'aliments les plus riches en sodium. Les gens ne doivent pas nécessairement éviter ces produits, mais ils devraient en limiter leur consommation». Les chercheurs ont ajouté que le fromage et les pains à base de levure, comme notre célèbre baguette, figurent également dans la liste des plus importants conteneurs de sodium.

L'une des principaux auteurs de l'étude, Rhonda Sebastian, recommande de prêter attention à la taille des portions et de privilégier les produits frais, qui affichent généralement un taux plus bas en sodium que les produits alimentaires traités. «Il faut prendre l'habitude de préparer son sandwich soi-même plutôt que de l'acheter en supermarché», conseille la nutritionniste.

Un produit star de l'alimentation des Français


En France, le marché de la restauration rapide fait désormais de l'ombre à celui de la restauration traditionnelle. D'après une étude de NDP Group, 64 sandwiches sont achetés chaque seconde dans l'Hexagone, soit environ deux milliards chaque année et 5,4 millions par jour. Selon Pierre Meneton, chercheur à l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et auteur du livre Le sel: un tueur caché, l'excès de sel serait responsable de 35.000 décès par an en France, soit 96 décès par jour.

La réduction de l'apport en sel constitue une mesure phare du Programme National Nutrition Santé 2011-2015 qui a fixé un objectif de diminution de la consommation de sel dans la population pour atteindre en 2015 une moyenne de 8 g par jour chez les hommes adultes et 6,5 g par jour chez les femmes adultes et les enfants. Une étape intermédiaire avant l'objectif fixé par l'Organisation mondiale de la santé qui recommande une consommation maximale de sel de 5 g par jour. Les données les plus récentes montrent que la consommation moyenne de sel en France est actuellement de 8,7 g par jour chez les hommes et de 6,7 g par jour chez les femmes.

jeudi 10 mai 2012

Une bonne raison de se nourrir du yaourt

Au départ, les responsables de investigation de l'Institut de Technologie du Massachussetts voulaient établir un lien entre le yaourt et l'un bmi supérieur à 30 en étudiant le comportement de 40 souris mâles et 40 souris femelles. Ils les ont divisées en trois groupes et leur ont donné de la nourriture différente: du gras, du sain et du yaourt à la vanille. "Les aspects les plus étonnants étaient des choses que nous n'avions pas anticipées" déclare la biologiste Susan Erdman au magazine Scientific American.

Dans une découverte les souris nourries avec du yaourt ont développé des testicules plus lourdes et ont commencé à se montrer plus entreprenantes sexuellement. Selon les scientifiques, le yaourt, et plus précisement ses microbes probiotiques, stimulerait la fertilité et les capacités sexuelles. L'équipe de médecins américains compte réaliser des expériences humaines pour démontrer ces mêmes effets chez les hommes.

mardi 17 avril 2012

opposition de Tumblr et Pinterest contre les messages pro-anorexie

Les sites internet leaders Tumblr et ensuite Pinterest sont en mobilisation farouches. Medisport défend quand à lui depuis plus de 10 ans la nécessité de la mise en garde contre les régimes amaigrissants EXCESSIFS.

DOXYS coach diététique en ligne propose des articles de vulgarisation sur les régimes pour maigrir, leurs dangers s'ils sont menés trop loin et prône des solutions douces d'amaigrissement, accompagnéesde suivi progressifs.


Début mars, Tumblr annonçait que sa plate-forme de micro-blogging effacerait dorénavant toute publication faisant la promotion de l'anorexie ou de l'automutilation. perdre du poids oui mais jusqu'à un certaine point seulement.
Depuis, le réseau social de partage d'images Pinterest a suivi son exemple.

L'initiative de Pinterest est destinée à stopper la tendance des personnes ("thinspiration" ou "thinspo") qui sévit sur le site.
Celle-ci donne lieu à la publication d'un grand nombre d'images montrant des jeunes filles exhibant des côtes saillantes et un estomac concave, accompagnées de slogans comme "Aucun délice n'est comparable à celui que procure la sensation d'être trop mince précédées des hashtags #thinspo ou #perfect.

"Leurs efforts pourront peut-être contribuer à limiter l'imagerie trop pro-anorexie -- mais en réalité, le site ne parviendra jamais à éradiquer totalement ces images", écrit The Daily Beast.
De plus, les chaînes YouTube n'auront aucun mal à combler le vide laissé par Tumblr et Pinterest : des milliers de vidéos pro-anorexie existent déjà sur le site.

Selon un article du Daily Mail, l'organisme américain de lutte contre les troubles de l'alimentation (la National Eating Disorders Association, ou NEDA) a collaboré avec Facebook pour repérer les contenus potentiellement dangereux publiés sur ses murs et apprendre aux équipes du site à réagir face à ce problème.

NEDA a également aidé Tumblr à modifier sa politique à cet égard : les recherches comportant des tags litigieux dirigeront désormais l'utilisateur vers un message de santé publique.
Selon les experts de l'image de soi, si ces initiatives vont dans le bon sens, les retraits de publications "thinspo" doivent s'accompagner de la publication de messages présentant des alternatives saines à cette tendance.


Voir une vidéo NEDA : youtube.com/watch?v=EIqCSeyJXRo






samedi 7 avril 2012

La mère indigne qui a mis sa fille de 7 ans au régime amincissant sort un livre

L'édition du mois d'avril du magazine Vogue publie l'interview de Dara-Lynn Weiss qui raconte le régime amincissant humiliant imposé à sa fille, Bea. A 7 ans, Bea a été jugée "cliniquement obèse" par son pédiatre. Sa mère a donc débuté son combat contre l' obésité.

Certains assurent que c'est un régime pour perdre du poids qui est proche de la torture.

"Une fois, j'ai privé Bea de dîner après avoir appris que le repas servi à l'école lors de la Journée du Patrimoine français approchait près de 800 calories. Il y avait du brie, du filet mignon, de la baguette et du chocolat. Je lui ai interdit de manger de la pizza quand elle a admis qu'elle avait mangé de la salade de maïs dans la semaine. J'ai mené une guerre contre Starbucks qui ignorait le contenu nutrionnel des chocolats chauds servis aux enfants. Leur tableau de calories indiquait entre 120 et 210 calories. Ma question était: c'est 120 ou 210? Ils n'ont pas su me répondre, j'ai donc attrapé la boisson des mains de ma fille, je l'ai mise à la poubelle et j'ai claqué la porte."

Bea est humiliée régulièrement par le comportement excessif de sa mère. "Il y a eu beaucoup de moments difficiles pendant des fêtes. Bea voulait par exemple manger des biscuits et des gâteaux et j'ai dû m'engager dans un débat public houleux sur la raison qui fait qu'elle ne peut pas manger cela."

Ce régime pour mincir très strict a payé: Bea a perdu 16 kilos et a pris deux centimètres au passage. Sa silhouette est clairement affinée. Elle a été récompensée par l'achat de plusieurs nouvelles robes et des extensions de cheveux en plumes. "Seul le temps dira si mon intervention précoce l'a sauvée d'une vie où elle ne cesserait de se préoccuper de son poids", confie sa mère. Effectivement, ça serait pas mal: ce traitement pénible aurait au moins servi à quelque chose.

Il y a quelques jours, on vous racontait le régime amaigrissant super strict imposé à Béa, 7 ans, par sa mère, Dana-Lynn Weiss. L'article, publié dans Vogue, avait suscité l'indignation. Pourtant, la mère au comportement excessif vient de se voir proposer un contrat pour la publication d'un livre. Elle a accepté la proposition. Aucun détail n'a encore été donné au sujet de son contenu mais on pourrait imaginer que son régime pour perdre du poids
était humiliant et sa relation avec sa fille soient racontées dans le détail.

De nombreux médecin nutritionniste ou diététiciens et autres psychologues ont profité de la publication de ce papier controversé pour rappeler à quel point il fallait être prudent quand on parle de nourriture avec son enfant. "Expliquer pourquoi certains aliments sont mauvais, parler des calories, de la taille des portions englouties, ça ne devrait pas être un tabou. Mais il y a des façons de faire afin de ne pas humilier ou détruire l'enfant psychologiquement", indiquait la pédiatre diététicienne Louise Goldberg la semaine dernière.

samedi 31 mars 2012

Vous pouvez mincir en mangeant du chocolat!

Quoi faire pour perdre du poids ?

Une étude américaine publiée lundi révèle de nouvelles vertus du chocolat noir qui, consommé avec modération et accompagné d'une bonne hygiène de vie, permet de diminuer l' bmi
Malgré sa haute teneur en calories, le chocolat serait bon pour le métabolisme, révèle cette étude pratiquée sur mille personnes et publiée dans les Archives de la médecine interne. Ceci pourrait révolution la vison traditionnelle des sempiternelsrégimes pour perdre du poids.

Les personnes, âgées en moyenne de 57 ans, qui mangeaient en moyenne du chocolat deux fois par semaine et pratiquaient du sport 3 à 4 fois par semaine, présentaient un indice de masse corporelle plus faible que celles qui n'en consommaient pas aussi souvent.
Suivre un régime amaigrissant sur une longue durée n'est jamais facile.
Changer les habitudes alimentaires encore moins !
L' imc permet de calculer la corpulence en mettant en rapport le poids et la taille. Il aide à évaluer le risque de maladies liées à un excès ou à une insuffisance de poids.
"Il s'agit d'une découverte un peu surprenante", conclut cette étude menée par Beatrice Golomb de l'Université de Californie de San Diego.
"Avant de vous enfiler une tablette de chocolat par jour, rappelez-vous cependant qu'elle contient 200 calories de sucre et de graisses saturées", rappelle néanmoins Nancy Copperman, une scientifique qui n'a pas pris part à cette expérience.

Les régimes pour mincir ne doivent de préférence pas être tristes ni ennuyants ! Sous peine d'abandonner et d'arrêter de mincir .

"Limitez-vous en moyenne à 28 grammes de chocolat noir ou de cacao pauvre en sucre par jour", recommande-t-elle.
D'autres études ont montré que le chocolat était riche en polyphénols, de puissants anti-oxydants naturels qui limiteraient le stress et réduiraient les risques de maladies cardio-vasculaires, cancers et autres maladies chroniques.
"A condition qu'il soit consommé dans le cadre d'une vie saine, le chocolat ne ferait pas grossir. Au contraire, il permettrait de contrôler son poids", précise une autre scientifique, Suzanne Steinbaum, directrice du service des maladies cardiaques de l'hôpital Lenox Hill à New York.